Equipe > Responsables scientifiques

Epstein_Muriel

Muriel Epstein

Agrégée de mathématiques, enseignante dans le secondaire et le supérieur, docteure en sociologie et chercheuse, Muriel Epstein a soutenu une thèse sur les parcours scolaires des 16-25 ans en 2011. Diplômée de l’ENSAE (École nationale de la statistique et de l’administration économique), elle a exercé plus de 10 ans une activité de consultante et en particulier pour l’accompagnement au montage d’observatoires emploi-formation de branches et l’évaluation de politique éducative. Cette triple expertise l’a conduite à créer Transapi, un projet d’innovation pour lutter contre le décrochage scolaire et pour école inclusive, qui a duré 2 ans et qui reste documenté sur le site www.transapi.fr.

Sa formation de statisticienne la rend particulièrement sensible aux possibilités offertes par le traitement de données dans la formation. Enthousiaste à l’idée de participer à une éducation plus égalitaire, plus émancipatrice qui permette à chaque individu de se sentir bien, de s’épanouir, de réaliser son potentiel, et au collectif de vivre et travailler ensemble, elle participe à de nombreux projets et associations autour de ces thématiques. Elle est notamment proche de la FESPI (fédération des établissements scolaires publics innovants), du GFEN (groupe français d’éducation nouvelle). Elle suit les mouvements émergents autour des pédagogies coopératives et s’investit dans tout ce que peut permettre le numérique (MOOC notamment). Sur un plan de la recherche, elle  participe entre autre aux activités du Centre de Recherche Interdisciplinaire sur l’innovation en éducation et de l’équipe “Crise école terrains sensibles” de l’université de Nanterre.

Au LSN, elle s’investit particulièrement dans l’organisation d’un colloque international et dans la mise en place de la plateforme AERE, permettant aux projets éducatifs d’être accompagnés et documentés par des chercheurs et à des jeunes chercheurs de trouver des terrains de recherche. En congruence avec l’esprit d’ouverture et d’exigence qui caractérise le LSN, elle laisse également sa curiosité s’exprimer vers les différents groupes de travail qui l’intéressent (en particulier la place du corps dans l’apprentissage et le passage à l’échelle des expérimentations)

 

haag_voile_solo-e1463613048771

Pascale Haag

Pascale Haag est psychologue et maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris). Elle est à l’initiative de la création du Lab School Network, qui se propose de mettre la recherche au service de la réussite éducative et de favoriser les échanges entre l’ensemble des acteurs de l’écosystème éducatif (enseignants, chercheurs, parents, élèves, entreprises, pouvoirs publics). L’idée de la création d’un tel réseau, ainsi que d’une école pilote dont l’ouverture est prévue pour 2017, est née de la conjonction de deux facteurs : un important changement dans l’orientation de ses recherches et un engagement citoyen pour contribuer à la réflexion sur l’éducation en France.

Dans la première partie de son parcours professionnel, après des études musicales aux conservatoires de Strasbourg et de La Haye (hautbois baroque, flûte-à-bec, clavecin), Pascale a participé à de nombreux concerts et enregistrements. Titulaire du Certificat d’aptitude à l’enseignement musical, elle a également été professeur d’enseignement artistique jusqu’en 1998. Une reprise d’études l’a amenée à un doctorat en Études indiennes (2002) et ses recherches ont porté principalement, jusqu’en 2011, sur la grammaire sanskrite, la philosophie du langage et l’histoire des théories linguistique indiennes. Désireuse d’élargir le champ de ses compétences, elle étudie la psychologie à l’université de Nanterre, où elle obtient un Master de psychologie en 2013. Elle poursuit actuellement un second doctorat, en psychologie, sur les prédicteurs de bien-être et de détresse psychologique chez les doctorants. Elle est, par ailleurs, chargée de mission pour la vie étudiante auprès de la présidence de l’EHESS et secrétaire de l’Association française et francophone de psychologie positive.

Personnes connectées : 2